Lundi 25 Janvier 2021 à 09h50

Puy-de-Dôme

Communiqué de presse du Président Claude VINCENT

La position du MEDEF Puy de-Dôme au sujet de l’ouverture des commerces le dimanche : la CGT se trompe de combat !

Pour la deuxième fois, la CGT vient d’obtenir du Tribunal Administratif de Clermont-Ferrand une décision annulant l’arrêté préfectoral autorisant, en raison de la crise sanitaire, l’ouverture des commerces le dimanche sur le territoire du Puy-de-Dôme.

Le MEDEF Puy-de-Dôme, par principe, ne commente pas les décisions de justice, sauf exception. Mais pour qu’une décision soit prise, encore faut-il qu’une action ait été intentée devant la juridiction administrative. Et c’est bien là qu’est le problème !

Qu’espère la CGT en contrariant systématiquement l’ouverture des commerces le dimanche ? sauvegarder la situation des travailleurs et contribuer au redressement des chiffres de l’emploi ? Mais c’est précisément le résultat contraire qui résultera de cet acharnement judiciaire.

Comme le rappelle avec justesse la Fédération du Commerce et de la Distribution (FCD), ouvrir le dimanche a le double avantage de réduire les manques à gagner des commerces et de lisser les flux en magasins. Rarement les deux impératifs économique et sanitaire se seront autant rejoints. S’il est vital de préserver la santé des Français, l’ouverture des commerces le dimanche contribue à le faire de façon certaine. Et pour ce qui est de l’emploi des salariés du secteur de la distribution, comment est-il possible que la CGT ne voie pas que cet emploi sera d’autant plus préservé que les commerces survivront, ce qui, évidemment, impose de les ouvrir le dimanche, en particulier en cette période de couvre-feu !

Il y a peu de chances, toutefois, que ces arguments de bon sens prospèrent au sein d’une organisation syndicale que l’on sent peu encline à intégrer les réalités économiques. La solution à ce conflit est simple : que le Gouvernement modifie, au moins provisoirement, pendant la durée de la pandémie, la réglementation permettant de déroger au repos dominical, et poursuive l’application des procédures exceptionnelles mises en œuvre de fin novembre à fin décembre 2020, à savoir, une autorisation automatique d’ouverture des commerces le dimanche, jusqu’au retour à la normale.

L’avenir de nos commerces est en jeu ! l’avenir des emplois de ces commerces l’est tout autant !

 

Claude VINCENT
Président du MEDEF Puy-de-Dôme

À lire aussi